Entretien avec Zoe Jewell et Sky Alibhai - 30/06/2020

Zoe Jewell et Sky AlibhaiVétérinaires et biologistes de la faune, Fondateurs de Wildtrack

 

 

Bonjour, je m’appelle Sky Alibhai

Et moi Zoe Jewell

Nous sommes les co-fondateurs de l’association WildTrack et développons des stratégies non-invasives de monitoring des espèces menacées.

A travers la planète, les espèces sont en grandes difficulté. Il ne reste, par exemple, que 5 000 rhinocéros noirs et moins de 2 000 pandas géants. Leur habitat se rétrécit. Nous devons absolument agir pour protéger ces espèces étonnantes avant qu'elles ne disparaissent à jamais.

Pour élaborer des stratégies de conservation efficaces et prendre des décisions quant à l'emplacement des parcs nationaux et la manière de protéger les animaux, nous devons savoir combien d'animaux sont présents et où ils se trouvent. Ce n'est pas aussi facile qu'il n'y paraît. Par exemple, si vous prenez une espèce emblématique telle que le guépard, pour laquelle des millions de dollars ont été injectés au cours des dernières décennies, nous avons encore des lacunes à l’échelle nationale dans nos connaissances sur les endroits où ils se déplacent.

Pendant plus de 10 ans, nous avons vécu et travaillé en Afrique avec des pisteurs traditionnels qui ont des aptitudes incroyables pour collecter des données à partir des empreintes. En travaillant à leurs côtés, nous avons appris qu'il était possible d'adapter certaines de leurs techniques à des personnes qui n'étaient pas des pisteurs experts. Telle est l'origine de la création de notre technique d'identification des empreintes

Nous avons développé des technique d'identification des empreintes (FIT) qui nous permettent d'identifier les individus, le sexe, la classe d'âge dans certains cas et de recueillir les données nécessaires.

La manière dont nous interagissons avec les communautés locales est vraiment la clé. Les communautés locales du monde entier, c’est-à-dire des personnes qui vivent en contact étroit avec la faune sauvage, sont au coeur de la conservation durable de la faune sauvage. Si, en tant que chercheurs étrangers, nous entrons sur le territoire, collectons nos données et repartons, personne n’en tirera probablement de bénéfice. Nous devons donc renforcer cette capacité sur le terrain.

Aujourd’hui nous avons un signal d'alarme !  Ces nouveaux virus, comme le COVID-19, apparaissent lorsque nous sommes en contact étroit avec des animaux sauvages qui ont été perturbés, soit par le biais de marchés humides ou du commerce de parties de leur corps, soit par la destruction de leur habitat - nous avons maintenant une occasion unique d’agir.

Nous avons commencé à nous concentrer sur les techniques non invasives parce que nous avons réalisé que les techniques invasives peuvent avoir de multiples impacts négatifs sur les espèces menacées.  Aujourd’hui nous connaissons cette crise du COVID-19, qui nous montre que cette interaction entre la faune et l'homme peut avoir des conséquences vraiment désastreuses.

Que ce soit dans le domaine de la conservation de la faune sauvage ou dans un autre domaine, nous devons nous unir afin de traiter certains de ces problèmes. Nous avons pris un bon départ pendant la crise du COVID en interdisant les marchés d’animaux sauvages ainsi qu’une partie du commerce des espèces menacées, mais il reste encore beaucoup à faire.

Une approche multidisciplinaire, utilisant des technologies non invasives, laissant les animaux vagabonder dans leur environnement naturel, est probablement la meilleure façon de progresser.