Entretien avec Javier Goyeneche - 25/05/2020

Javier Goyeneche, Fondateur et Directeur d'Ecolaf

Je m'appelle Javier Goyeneche et je suis le fondateur d'ECOALF, une entreprise de mode espagnole créée en 2009 avec la volonté de lancer un concept durable. Il m'a alors semblé que le plus écologique était d'arrêter d'utiliser les ressources naturelles de manière inconsidérée. Le recyclage semblait être une bonne orientation, si nous pouvions développer une nouvelle génération de produits recyclés ayant la même qualité et le même design que les meilleurs produits. 

Nous travaillons dans l'industrie de la mode qui est malheureusement la deuxième industrie la plus polluante au monde. 

Pourquoi ? Parce qu'elle est basée sur un modèle économique qui ne fonctionne pas, celui de la culture du jetable : acheter et jeter, utiliser puis jeter, lancer une nouvelle tendance mode tous les jeudis, inciter par des remises spéciales, campagnes de promotion, Black Friday... 

Au final, elle inflige des dommages irréparables à la Planète et génère beaucoup de déchets textiles. 

Je pense que ce système ne fonctionne manifestement plus et que nous devons commencer à nous orienter vers un nouveau modèle. Aujourd'hui, nous brûlons des forêts pour fabriquer des tee-shirts à 5 euros qui finissent dans des décharges en moins de trois ans. Cela n'a aucun sens, surtout si l'on pense que chacun de ces T-shirts nécessite deux mille litres d'eau pour être produit !

Ce moment est crucial, nous sommes à un tournant où nous devons tous prendre nos responsabilités, que ce soit dans l'industrie, la mode, le bâtiment ou l'alimentation. Nous devons redéfinir nos modèles et en adopter un qui représente un équilibre entre nos besoins actuels et futurs et la santé des plantesavec l’objectif de laisser aux prochaines générations, une planète en aussi bonne santé que possible. 

Je crois qu’il n’est plus possible de regarder ailleurs et agir comme si de rien n'était. Nous ne pouvons pas continuer à vivre sur cette Planète comme si nous en avions une autre où nous réfugier lorsque celle-ci sera détruite. Il est temps d’avancer et passer à l’action. 

Nous avons également compris que lorsque nous sommes tous unis, comme ce fut le cas durant cette malheureuse pandémie, des solutions sont trouvées très rapidement. Nous avons pu également observer comment la Planète se remet rapidement, la mer, le ciel, la pollution, les animaux qui respirent à nouveau. Alors, avec cet espoir de résilience et de force lorsque nous sommes unis, oeuvrons ensemble pour la Planète, en regardant au-delà de la prochaine saison. 

Avec toute mon amitié.